Paru sur le blogue du Hackfest.

En feuilletant les nouvelles, je suis tombé sur cette nouvelle:

La fermeture de Megaupload bouleverse le travail d’un informaticien de Regina

Une victime du cloud!

Que dire? C’est malheureux pour la victime que de perdre l’accès toutes ses informations, surtout ses informations liées à son travail. Il n’est surement pas la seule personne qui utilise ce service pour des raisons légitimes. En même temps, il s’est exposé à l’hégémonie d’un seul fournisseur, sans aucun plan de relève. Il s’est laissé séduire par les avantages du cloud, sans pour autant prendre les précautions nécessaires, entre autres prendre une copie de sauvegarde de ses informations. C’est la désinvolture associée à l’utilisation du cloud qui sera le plus grand problème que les individus et entreprises devront affronter dans le futur

Sans une analyse adéquate des besoins et des services offerts par le nuage, il n’est pas possible de prendre une décision éclairée. Et pour ceux qui pensent sauver des gros sous, des études sont en train de sortir et démontre que les économies sont généralement minces et ne justifie pas toujours la perte de contrôle associé à la mise en nuage. Il est peut-être mieux de prendre exemple sur les modèles opératoires des grands fournisseurs de cloud, plutôt que de migrer les informations vers le cloud. Juste de mettre en place une meilleure automatisation des opérations va permettre des économies aussi intéressantes que d’aller vers le nuage.

Cet exemple met aussi en lumière les conséquences que pourraient avoir des législations comme SOPA et PIPA. La pression populaire a réussi à les repousser, mais ce n’est qu’une question de temps que les grands lobbys américains reviennent à la charge pour obtenir plus de pouvoir pour la protection des droits d’auteurs, avec comme conséquence un effritement des droits individuels.

Pour ceux qui surfent sur la vague de la nouveauté, le concept du cloud computing existe depuis la création de l’informatique. On appelait ça un mainframe et des terminaux. Ce n’est pas aussi sexy qu’un site web, mais demeure le même concept. Pour l’implantation moderne du nuage, Hotmail (fondé en 1996!) est l’un des exemples qui prédatent tout le cycle d’extravagance associé avec le nuage 😉